09 Fév

Comment bien choisir son orientation quand on est un ado ?

“Que veux-tu faire plus tard ?” est la question d’orientation qui hante bon nombre d’élèves dès la Troisième. Si la réponse leur paraissait évidente en primaire: “maîtresse, infirmière, pompier, pilote d’avion…”, à 15 ans elle se résume souvent à un “ben, j’sais pas… ?” Et on le comprend: comment se représenter précisément son avenir quand sa seule expérience professionnelle se résume à un stage d’observation d’une semaine et que la courbe du chômage ne cesse d’augmenter ? 

Orientation ado mur

Et pourtant, il va devoir faire un choix dès la fin du collège: filière générale ou filière professionnelle (BEP, CAP, bac pro). A nouveau en fin de seconde: voie générale (S, ES ou L) ou voie technologique (STI, STT, STPA…) et enfin après la terminale.

Dans ces conditions, comment accompagner son enfant quand il n’a aucune idée du métier qu’il pourrait exercer ? Comment l’aider à surmonter ses angoisses de s’engager dans une voie sans garantie de réels débouchés ?

Le dialogue avant tout

La première chose à faire est de dialoguer avec son ado pour l’aider à réfléchir, pour l’inciter à se poser les bonnes questions, le plus tôt possible pour qu’il se donne le temps de mûrir son projet. Ça ne va pas être facile pour lui de se projeter dans un métier ou dans un secteur d’activités alors plus tôt vous l’accompagnerez, moins il se sentira démuni.

Comment se poser les bonnes questions ?

  • Pour commencer, proposez-lui de dresser la liste de ce qu’il aime faire et de ce qu’il déteste.
  • Regardez ensemble quelles sont les matières qu’il préfère et pourquoi.
  • A-t-il les capacités et l’envie de se lancer dans des études longues ou va-t-il choisir des formations courtes et pratiques ?
  • Quelles sont les réalités du marché du travail aujourd’hui et quels seront les secteurs porteurs demain ?

Il est important de ne pas se limiter à son bulletin scolaire; on peut être un élève moyen une année et bien meilleur l’année suivante. Listez avec lui ses dons, ses centres d’intérêt, ce qu’il fait avec plaisir, spontanément, ce qui le motive au quotidien. Va-t-il facilement vers les autres, est-il populaire, parle-t-il avec aisance ou est-il au contraire discret voire timide, est-il créatif, manuel…? Ces réflexions peuvent déjà vous donner des pistes vers lesquelles orienter ses recherches.

Il est important de savoir l’écouter en toute objectivité

En tant que parent on pense savoir ce qui est bon pour son enfant. On veut le meilleur, quitte à lui fixer des objectifs ambitieux et projeter inconsciemment sur lui ce que l’on a pas réussi soi-même. Ce que l’on imagine pour son enfant n’est pas toujours ce qu’il veut lui-même ! Ne perdez pas de vue que c’est de sa vie professionnelle future dont il est question et non de la vôtre.

Construire ensemble un projet professionnel plutôt qu’un métier très précis

Peu d’ados sont capables à 16 ans de dire quel est à leur yeux “le métier idéal”. Ils peuvent être séduits par une profession sans véritablement en connaître les contours ni le parcours pour y arriver, faute d’information suffisante.

Pour les aider à bâtir leur projet, le mieux est d’échanger avec des professionnels du secteur ou des étudiants engagés dans les filières qui les intéressent.

Comment ? En les rencontrant lors des différents salons dédiés à l’orientation organisés à différentes périodes de l’année (salon de l’Etudiant, Studyrama…).

Il peut aussi se rapprocher du conseiller d’orientation de son collège ou lycée.

Le rassurer car aucun choix n’est jamais définitif

En cas “d’erreur d’aiguillage” les réorientations sont toujours possibles même si elles sont parfois compliquées. Il existe des passerelles qui lui permettront, s’il est vraiment motivé, de changer de filière ou de formation.

Le plus important pour lui est de trouver sa place!

12 Déc

Trouver un stage en 3ème sans réseau ni piston…

Trouver un stage d’observation en 3ème quand on a 15 ans, ce n’est pas une mince affaire. Tout seul, votre ado a peu de chance d’y arriver et encore moins si vous n’avez personne dans votre entourage susceptible de l’accueillir.
Pas de panique… La situation n’est pas désespérée: Les Bons Profs vous donnent des pistes pour l’accompagner dans ses recherches.
stage-3eme

Tout d’abord, prenez le temps de faire le point avec lui sur les métiers ou secteurs d’activités qui l’intéressent.

Pensez à l’équipe pédagogique de son collège

Conseiller (ère) d’orientation, enseignants, responsable du CDI… Ils ont sûrement gardé des contacts avec les tuteurs de stages des années précédentes. Le mieux est de les solliciter d’abord par mail, vous gagnerez du temps et pourrez investiguer dans plusieurs domaines en même temps. De même, il est fréquent de trouver sur les étagères du CDI quelques exemplaires des meilleurs rapports de stage des années précédentes: ils peuvent être une source d’inspiration et de renseignements fort riche.
N’hésitez pas à contacter également les associations de parents d’élèves (PEEP, FCPE, APEL, UNAAPE), dont les coordonnées sont disponibles dans chaque établissement scolaire.

Ne sous estimez pas l’efficacité du bouche à oreille

Votre ado est gêné de passer par le collège pour trouver son stage?
Parlez-en autour de vous, le bouche à oreille n’est jamais inutile: amis, voisins, commerçants de quartier, membres de votre club de sport, directrice/eur de son ancienne école élémentaire…

Stage-3ème recherche

N’oubliez pas les réseaux sociaux

Nombreuses sont les entreprises qui ont une page Facebook sur laquelle votre enfant peut adresser directement sa candidature.
Dans ce cas, pour décupler ses chances, visez plutôt les grandes entreprises où plusieurs métiers sont représentés.

Les plateformes départementales au service des ados

Côté collectivités, les plateformes départementales centralisent les offres de stage de l’ensemble des acteurs publics et privés du Département (entreprises, associations, collectivités) et permettent aux jeunes de postuler directement en ligne. De plus elles prodiguent de nombreux conseils et informations pratiques. A titre d’exemple, en voici quelques unes qui pourraient vous concerner si vous habitez dans Le Nord, La seine-Saint-Denis, L’Essonne, La seine Maritime

Les associations ne sont pas en reste…

Viens Voir Mon Taf qui s’adresse exclusivement aux élèves de troisième situés en REP (Réseaux d’éducation prioritaires) et en Prépa pro.
Elles bougent qui a lancé un programme “Premier stage collégiennes / lycéennes” avec pour objectif de faire découvrir les secteurs industriels et technologiques aux jeunes filles.

Vous pouvez enfin, en dernier recours, solliciter votre employeur même s’il est toujours plus enrichissant pour votre enfant de découvrir un métier qui lui est moins familier…

Le p’tit plus des Bons Profs

Votre enfant a du mal à trouver son stage et vous faites votre possible pour le sortir de cette galère? Si ça peut vous rassurer vous n’êtes pas les seuls. Certains en ont même fait un film !
Maman a tort” de Marc Fitoussi sorti en salle le 9 novembre 2016.

05 Nov

Forcez-vous à faire les exercices jusqu’au bout pour de meilleurs résultats

C’est le conseil à la fois le plus simple et le plus efficace que l’on puisse donner à un élève qui a des difficultés en classe : faire et refaire les exercices. Mais se lancer dans des exercices seul demande d’abord de l’auto-discipline, mais aussi de la persévérance pour aller jusqu’au bout. Car, c’est bien de cette façon que les progrès se font le plus sentir. LesBonsProfs.com sont là pour vous aider ! 

Connaître son cours est bien entendu un pré-requis nécessaire, mais bien souvent ce n’est pas suffisant. Faire une dissertation en philosophie, résoudre un problème compliqué en Mathématiques ou analyser un document en Histoire-Géographie, ça ne s’improvise pas. Car si vous avez des difficultés dans une matière, faire les exercices vous permettra de comprendre ce que l’on attend de vous et de bien saisir les logiques et les démarches que vous serez amenés à reproduire lors des devoirs sur table ou même au Bac ou au Brevet. 

Mais bien souvent, un élève, même motivé, qui bute sur des questions aura tendance à se décourager et à ne pas finir l’exercice. C’est un réflexe tout à fait compréhensible. Après tout, rien ne l’oblige à faire des exercices supplémentaires. Et à quoi bon se pencher sur la question 5 lorsqu’on n’a déjà pas réussi la question 3 ?

Une jeune fille fait ses devoirs

L’enfer des devoirs

Pourtant, c’est bien de persévérance dont a besoin cet élève. Se forcer à faire toutes les questions est déjà un exercice en soi. Même si on n’a pas trouvé la solution, notre cerveau s’est activé et nous avons pu élaborer des pistes de réflexion. Ce sera important non seulement pour le prochain exercice de ce type, mais aussi pour bien comprendre et assimiler la correction.

Alors, comment aider les élèves à trouver de l’auto-discipline et de la persévérance pour aller au bout des exercices ?

1. Proposer un service d’envois et de corrections d’exercices. Chaque semaine, LesBonsProfs envoie des exercices aux élèves. Leur travail est ensuite corrigé et commenté par des profs.
Avantage : l’élève peut se mettre en condition d’examen sans avoir la tentation de regarder le corrigé qu’il recevra après avoir envoyé son travail. Les commentaires des profs enrichissent le corrigé en pointant les erreurs et en proposant des méthodes plus justes.

2. Venir en aide aux élèves bloqués dans les exercices. L’assistance par tchat permet de poser toutes ses questions directement aux profs par messagerie instantanée dans toutes les matières et tous les jours de 17h30 à 19h30.
Avantage : l’aide permet de venir à bout des éventuelles difficultés et de clarifier les points qui vous posent problème. C’est un excellent moyen de ne plus se décourager.

Le soutien scolaire en ligne des Bons Profs

L’aide des Bons Profs vient appuyer la démarche et la motivation de l’élève à faire des progrès.
Découvrez nos offres de suivi à partir de 39,90 € par mois.

Crédit photo : Robert Couse Baker (Flickr)

14 Fév

Nouveau : stage de révisions du Bac et Brevet 100% en ligne

Les Bons Profs inventent pour 2014 un nouveau concept de préparation aux examens : le “Pack Exam’”. Il s’agit un programme de 3 mois complet et progressif de préparation aux examens du Bac et du Brevet 100% en ligne.

Convaincus de l’efficacité de leur formule, les Bons Profs s’engagent à rembourser les familles en cas d’échec à l’examen.

Trois temps forts (à prendre en package ou séparément ) :

1) En Avril, le stage de mise en action pour lancer une vraie dynamique de travail, faire le bilan des points forts, des lacunes et consolider les notions fondamentales.
Pendant 5 jours, les élèves travaillent sur des vidéos et des exercices (au format numérique mais aussi papier) sélectionnés par Les Bons Profs. Des professeurs et des étudiants du supérieur les guident et les conseillent via un outil de tchat.

2) En Mai et Juin, le suivi hebdomadaire pour accompagner les élèves durant les dernières semaines de classe et maintenir une bonne motivation jusqu’à la fin des cours. Les élèves disposent ainsi d’une assistance en direct chaque jour et d’un programme de travail hebdomadaire à renvoyer pour une correction personnalisée.

3) Une semaine avant les épreuves, le stage des dernières révisions pour s’entraîner sur les sujets probables. Dernière ligne droite avant l’examen : le rythme de travail augmente; Ainsi les heures de tchat sont doublées pour plus d’efficacité dans les révisions.

Les inscriptions sont ouvertes : vous pouvez cliquer ICI !

On vous espère nombreux pour démarrer ensemble cette nouvelle méthode des révisions : À faire chez soi, en vacances avec des profs motivés qui encouragent.

Et rendez-vous en juin pour faire le bilan des mentions 😉

08 Jan

Comment retrouver le niveau dans la matière de son choix

Vous vous inquiétez car votre enfant a des difficultés dans une matière : les notes chutent et il ne comprend plus rien en cours ? Rien n’est perdu ! Les Bons Profs ont mis en place un programme sur-mesure de remise à niveau. Le fonctionnement est très simple :

  • Chaque semaine, il reçoit une feuille d’exercices sélectionnés par Les Bons Profs,
  • Il fait ces exercices avec, si besoin, l’aide en direct des Bons Profs par tchat,
  • Il scanne ou prend en photo son devoir et nous le renvoie,
  • Nous le corrigeons avec nos commentaires et conseils pour s’améliorer !

Grâce à un travail sérieux et spécifique d’une heure chaque semaine, n’importe quel élève au collège et au lycée retrouvera le déclic, peu importe son niveau de départ. Cette formule d’accompagnement est unique et te garantit le meilleur des entrainements pour gagner de précieux points à tous tes contrôles ! Découvrez cette offre sur le site des Bons Profs à partir de 39,99 € par mois.

18 Sep

Le travail des élèves sur Internet : entre autonomie et besoin d’accompagnement

Force est de constater qu’aujourd’hui le numérique a fait son entrée à l’école. Une rentrée timide certes, mais nous n’imaginons pas un établissement scolaire français qui ne soit pas connecté à Internet. Fort bien ! Mais qu’en est-il vraiment de l’utilisation que les élèves en font ? Les élèves travaillent-ils vraiment sur Internet ?

Oui et mille fois oui, mais certainement pas de la manière qu’imaginent les adultes en tout cas.

Un fort besoin d’accompagnement

 Je suis professeur de mathématiques et j’ai fait plusieurs fois une expérience avec une classe de seconde. Je leur ai demandé de réviser les égalités remarquables (notion de troisième) sur internet sans aucune consigne. Résultat effrayant ! La moitié s’est retrouvée sur Wikipedia et n’a fait que lire du texte inadapté à leur niveau de langage. D’autres ont déambulé sur plusieurs sites mais finalement un seul s’est entraîné en remplissant un QCM en ligne.

Les rares élèves qui ont trouvé des ressources adaptées m’ont tous demandé “Par quoi je commence ?”

Cette question est fondamentale car elle témoigne d’une vérité qui effraie l’adulte : l’élève ne sait pas ce qu’il faut faire avec toutes ces ressources. Réviser sur Internet nécessite une organisation que peu d’élèves possèdent. Imaginons-nous juste un instant avec des collégiens…

Une autre expérience : le stage en ligne

Nous avons organisé un stage de pré-rentrée fin août 2013 via le site www.lesbonsprofs.com avec lequel je collabore : au programme, 2 heures de maths chaque jour pour les futurs lycéens. J’étais pour ma part présent de 10h à 12h pour répondre à leurs questions par tchat.

Avant de concevoir ce stage, nous avions peur d’être submergés de demandes. Au final, nous avons eu la très agréable surprise de n’avoir que des questions pertinentes, 4 ou 5 environ par élève et par session. L’outil de suivi du travail des élèves nous confirmait pourtant bien que ceux-ci faisaient les exercices demandés.

Alors ? Alors, nous avons constaté un véritable “effet tunnel” : l’élève est capable de se plonger dans le travail dès qu’on lui indique quelles activités sont adaptées à son niveau et à ses besoins. En réglant la question du choix et de l’enchaînement des ressources, nous avons maintenu une forte motivation de nos internautes et un travail d’une grande efficacité. Les élèves ne se sont jamais demandés que faire et où trouver telle ou telle notion en vidéo.

Que faut-il retenir de ces deux expériences ?

En premier lieu que les élèves travaillent sur le web mais qu’ils manquent encore pour la plupart de l’autonomie suffisante pour tirer le meilleur parti de cet outil. Ils ont besoin qu’on les oriente et qu’on les aide à choisir la ressource la plus adaptée à leurs besoins. Sur Youtube, il y a des centaines de vidéos de mathématiques, mais comment trouver celle qui correspond à mon niveau, à ce que j’ai vu en classe ?

En parallèle, nous avons noté que les élèves étaient plus à l’aise pour travailler tous seuls lorsqu’ils savent qu’ils peuvent poser leurs questions en cas de besoin. Avec le tchat, on utilise un outil qu’ils se sont déjà appropriés et qui leur paraît naturel. En somme, on les laisse avancer et on répond à leurs demandes uniquement lorsqu’ils sont bloqués. On réalise ainsi que leur expérience du web est centrée autour de l’immédiateté : ils ont besoin d’une ressource, d’une information, d’une réponse tout de suite. Sinon ? Ils se découragent, abandonnent et, disons-le, zappent sur autre chose. Bien sûr la contrainte du délai les pousse généralement à terminer leurs devoirs, mais peut-on imaginer différemment le travail personnel des élèves ? Moins sous la contrainte et plus vers le plaisir de comprendre ?

C’est ce en quoi nous croyons : mettre en place une autre forme de soutien scolaire : plus simple, plus souple et plus apaisé. Et pour cela, les retours d’expérience avec les élèves sont particulièrement précieux !

Bertrand

27 Août

Chouette, c’est la rentrée !

La nouvelle version du site des Bons Profs est attendue pour le 3 octobre. Un service enrichi pour vous accompagner toute l’année.

On l’oublie mais il y a des élèves (et des profs !) pour qui la rentrée est un moment attendu. C’est évidemment la période des retrouvailles avec les amis, ainsi que celle du retour des activités sportives et culturelles mises en pause pendant l’été.

Mais la rentrée c’est avant tout la reprise de l’école et des bonnes résolutions. Parce que cette année, c’est décidé, je m’organise, et je travaille mieux pour avoir des bonnes notes, d’accord, mais aussi pour ne pas perdre du temps inutilement dans mes devoirs et révisions !

Les Bons Profs font aussi leur rentrée. Nous avons travaillé tout l’été pour vous permettre justement de travailler plus efficacement toute l’année !

De l'histoire-géo sur Les Bons Profs

De l’histoire-géo sur Les Bons Profs

Au programme, 8 nouvelles matières :

  • Histoire – Géographie 1ère et Terminale
  • Physique – Chimie Terminale
  • SES Terminale
  • Philosophie Terminale
  • SVT Terminale
  • Anglais Terminale
  • Français 1ère
  • Maths 2nde
  • Maths 3ème

Toutes ces nouvelles matières seront agrémentées de nouvelles fonctionnalités sur le site pour développer encore plus l’accompagnement des élèves :

  • Suggestion de séance en fonction de son profil,
  • Planification de session de travail,
  • Des vidéos de meilleure qualité,
  • Récompenses pour les plus assidus,
  • Suivi de l’activité et analyse du parcours pédagogique,
  • Conserver vos notes reçues en classe pour suivre votre progression,
  • Un design rafraichi et plus moderne,
  • et quelques autres surprises !

La nouvelle version du site sera dévoilée à partir du 3 octobre 2012. Les Bons Profs sont là pour vous aider à travailler plus efficacement !

23 Mai

Avez-vous entendu parler de l’adaptive learning ?

Avec Les Bons Profs  vous pouvez réviser les Maths tranquillement chez vous depuis Internet. Et clairement, cela a plein d’avantages comme travailler quand vous voulez (même le soir à 23h) ou encore voir et revoir les vidéos de cours autant de fois que vous le souhaitez. En somme, vous ne dépendez plus que de vos propres contraintes pour travailler (ou pour le dire autrement : vous n’avez plus d’excuses pour ne pas y arriver !). Formidable, non ? Et bien, nous sommes déjà en train de vous préparer un service encore plus complet et puissant, basé sur l’adaptive learning.

Qu’est-ce que l’adaptive learning ?

Difficile de trouver une traduction en français. Apprentissage adaptatif ? Enseignement adaptatif ? Rien de très convaincant. Il vaut mieux se reporter aux publications anglo-saxonnes pour se faire une idée.

L’adaptive learning vise à proposer une méthode d’apprentissage qui s’adapte au profil de chaque élève. Cet enseignement est apparu dans les années 70 mais prend de l’ampleur aujourd’hui à mesure que les technologies deviennent plus puissantes et moins coûteuses. On est proche des travaux de recherche sur l’intelligence artificielle qui ont fait d’énormes avancées. Ajourd’hui, l’idéal de l’instruction individualisée relève moins de la performance technique que de la conception pédagogique.

Un programme de travail personnalisé

S’il est commun aujourd’hui que les ressources soient au format multimedia, elles peuvent donc aussi s’ajuster au profil de l’élève. Vous apprenez plus vite grâce à la vidéo ? L’outil vous en proposera davantage. Vous avez besoin de lire des synthèses de cours pour mieux le mémoriser ? Vous en aurez plus que les autres. Rien ne vaut les exercices pour apprendre ? Vous n’en manquerez pas.

Chaque élève reçoit les ressources les mieux adaptées à son mode d’apprentissage. On réduit ainsi le risque de découragement de l’élève qui n’arrive plus à suivre le reste de la classe (ou à l’inverse, de l’élève qui n’est plus stimulé par ce que le prof propose à la classe).

Savoir identifier les profils

La force de l’adaptive learning repose sur la capacité à définir le profil qui vous correspond le mieux. Et là où ça devient puissant, c’est lorsque l’outil redéfinit votre profil  à chaque fois que vous suivez une activité.

La difficulté est donc là : comment interpréter ce que fait l’élève pour en tirer une conclusion sur son intention et donc son profil d’apprentissage. On le voit : le défi est moins technique que conceptuel. Il faut être capable de définir un algorithme qui ingurgite des données aussi fines que possible pour en extraire une feuille de route (« roadmap ») des connaissances et des compétences adaptée à chaque profil.

De l’autre côté de l’Atlantique, Knewton, startup américaine spécialisée dans l’éducation, a levé 33 millions de dollars l’année dernière pour se pencher sur ces questions et développer l’adaptive learning.

Voir leur vidéo de présentation :

L’adaptive learning devient une réalité. Et Les Bons Profs s’y intéressent de près !

En savoir plus sur l’adaptive learning :

 

26 Sep

Se mettre dans la peau du prof particulier

Faisons un pari : en dépit de toutes les innovations dans le web, les réseaux sociaux, les tableaux blancs interactifs ou les tablettes numériques, faire appel à un prof particulier restera pendant longtemps le meilleur accompagnement qu’on puisse offrir à un élève, en difficulté ou non.

Pensez-donc ! Une à deux heures par semaine, en tête à tête, sans autre distraction. C’est assurément le cadre idéal pour un travail spécifique avec une aide adaptée au niveau de compréhension de l’élève. Alors imaginez si en plus, le professeur dispose de suffisamment d’empathie pour redonner confiance et motivation à l’enfant, le cocktail est forcément réussi. Difficile de rivaliser, hein ?

Pourtant, c’est un petit peu l’objectif que l’on s’est fixé pour ABA Education. Non pas remplacer les cours particuliers, mais proposer aux lycéens un service en ligne d’accompagnement de qualité, proche de l’expérience que l’on peut connaître avec un prof particulier.

Alors oui c’est ambitieux. Mais si ce ne l’était pas, trouverions-nous cela aussi rigolo ? D’autant qu’il existe déjà beaucoup de ressource sur le web, parfois même très bonnes. Autant ne pas perdre de temps à recréer les mêmes.

C’est ainsi que depuis le début d’ABA Education, avec les professeurs qui nous ont rejoints, nous essayons de nous mettre dans la peau d’un prof particulier. Qu’est-ce qui fait la qualité d’un cours particulier ? Nous n’avons peut-être pas encore fait le tour de la question, mais nous pensons que c’est être capable :

  • de comprendre pourquoi un élève bute dans la résolution d’un exercice,
  • de lui proposer des indications pour le débloquer sans forcément lui donner la réponse,
  • de lui présenter des façons de faire ou de réfléchir qu’il pourra réutiliser tout seul plus tard,
  • de comprendre pourquoi l’élève n’a pas bien réussi l’exercice et lui donner des indications pour ne pas répéter ses erreurs,
  • d’encourager l’élève, de lui donner confiance, de lui donner envie de persévérer,
  • de le féliciter,
  • d’être souriant, agréable et même drôle.

Sacré liste, n’est-ce pas ? C’est en tous cas à partir de celle-ci que nous avons décidé de travailler. Et pour l’instant, le travail se passe bien en mathématiques. Nous allons commencer la même réflexion pour la Physique-Chimie et l’Histoire-Géographie.

Avec une question que l’on n’ose pas encore se poser : apprendre les maths, est-ce différent d’apprendre l’histoire géo ? Et si on disait que non, seriez-vous prêt à prendre le pari ?

A suivre.