19 Oct

Le conseil de classe approche ? Même pas peur !

L’automne est déjà bien entamé, les contrôles se sont déjà bien enchaînés, tu ne vas bientôt plus pouvoir y échapper : le CONSEIL DE CLASSE is coming.

Il te fait peur ce mot ? Ne t’inquiète pas, Les Bons Profs sont là pour lever le voile sur le mythe : un conseil de classe, ce n’est pas bien méchant.
Voilà tout ce que tu as toujours voulu savoir sur cette terrible épreuve : à quoi ça sert, comment ça se passe, comment le passer avec succès…

 

Qu’est-ce que le conseil de classe ?

Trois fois par an, à la fin de chaque trimestre, les profs et quelques membres de l’administration se réunissent pour discuter le cas individuel de chaque élève. Le but de cette réunion est d’établir un bilan individuel sur chacun des élèves : l’attitude en classe, les performances scolaires, l’évolution au fil des trimestres.

Selon le décret du 14 juin 1990 : « Le conseil de classe doit examiner le déroulement de la scolarité de chaque élève afin de mieux le guider dans son travail et ses choix d’études. Pour chaque élève, il s’agira de déterminer ses points forts, ses points faibles, ses potentialités et son niveau d’acquisition des compétences attendues. »

 

Qui est présent lors du conseil de classe ? 

C’est une joyeuse équipe qui assiste au conseil de classe : la plupart de tes professeurs dont ton prof principal bien sûr, le chef d’établissement, un ou plusieurs conseillés (le conseillé d’orientation par exemple), les délégués des parents d’élève, les délégués de classe et dans certains collèges et lycées, tu peux toi aussi assister à ton conseil de classe !

 

Quelles décisions sont prises ?

Selon les classes et l’avancement de l’année, des décisions différentes peuvent être prises. Dans tous les cas, l’équipe présente attribue la mention spéciale ou l’avis général sur le bulletin. Ce commentaire peut relever de l’avertissement, de l’encouragement, des félicitations, etc.

Lors des conseils de classe de fin d’année, l’équipe discute du passage ou non de l’élève à l’année supérieure. Elle discute également, pour les troisièmes et les secondes, de l’orientation choisie par l’élève (passer en seconde technologique ou générale ? en première S ou ES ? etc.)

Enfin, en terminale, l’équipe elle donne un avis favorable ou non à l’élève sur le travail accompli jusque là. Cet avis sera crucial pour ceux à qui il manquera quelques mini-points pour avoir leur bac.

 

Comment ça se passe ?

Il y a plusieurs étapes, bien organisées. Avant même que la réunion ne commence, chaque professeur a déjà rempli son propre commentaire sur le bulletin de chaque élève.
Après un rapide tour de table, où chacun des professeurs est invité à s’exprimer sur l’ambiance générale de la classe, on se concentre sur chaque cas individuel des élèves.

Le cas de chaque élève est abordé en trois étapes :
– Première étape : le professeur principal fait un bilan des appréciations données par les professeurs
– Deuxième étape : les professeurs s’expriment sur le cas de l’élève (élève modèle, trop bavard, trop timide, pourrait plus s’investir…)
– Troisième étape : d’après tous ces commentaires, le principal note une appréciation générale sur le bulletin de l’élève et passe au suivant.

conseil-de-classe

À quoi ça te sert ?

Le conseil de classe c’est utile aux profs pour avoir une vue d’ensemble sur la classe et sur l’attitude de chaque élève auprès de ses collègues. Mais le conseil de classe c’est surtout utile pour toi.

Les profs ne sont pas là pour t’enfoncer. Leurs remarques, négatives et positives, sont toutes bonnes à prendre en compte. Elles te feront prendre conscience de tes points forts et de tes points faibles (si tu en as…), et donc améliorer ton travail.

Ces remarques te feront également prendre conscience de l’attitude que tu donnes. Tu peux, sans t’en rendre compte, avoir l’air endormi, blasé, fatigué, inintéressé, etc. L’attitude générale est très importante, et il est toujours bon de connaître l’impression qu’on donne. Ça te servira quand il faudra passer tes oraux de bac, pour te faire des potes à la fac, lors d’entretiens, etc.

D’ordre plus pragmatique, le conseil de classe est utile pour les appréciations qui sont inscrites sur ton bulletin. Ces appréciations te suivront jusqu’à la fin de ta scolarité. Une bonne appréciation = un bon dossier = de grandes chances d’obtenir les prépas/écoles/DUT/et autres formations que tu veux après le bac.

 

Comment réussir son conseil de classe ?

Tu l’as compris, un conseil de classe ce n’est pas la mer à boire, mais ce n’est pas non plus à prendre à la légère. Pour bien réussir cette épreuve et si tu en as la possibilité, assiste à ton conseil de classe, ça t’évitera des incompréhensions et des propos déformés par le bouche-à-oreille.

Garde bien en tête que les profs ne sont pas là pour te descendre, ils veulent au contraire t’encourager à progresser/te reprendre en main/ te réveiller de ton hibernation scolaire ou tout simplement te féliciter pour le travail accompli.

Il n’y a qu’une seule et unique manière de passer son conseil de classe sans stress : travailler, être attentif en classe et montrer de la motivation à progresser. Rien de plus simple, n’est-ce pas ?

 

 

16 Sep

Assurer dès le premier trimestre, c’est indispensable

A chaque rentrée scolaire le même bruit court dans tous les collèges et lycées : “Le premier trimestre n’a pas d’importance, il suffit de progresser tout au long de l’année pour donner une bonne impression aux profs.”

Rater son premier trimestre n’est pas réservé à tout le monde

Au collège le premier trimestre n’est pas spécialement déterminant. A la fin de l’année, les profs ont en effet tendance à se concentrer sur ton niveau du moment. Ils “oublient” un peu tes résultats passés surtout s’ils étaient décevants (parce qu’ils sont sympas et qu’ils veulent t’aider).

Cette stratégie, en revanche, ne fonctionne pas arrivé au lycée !

Le premier trimestre : regardé de près pour le passage en études supérieures

Assure ton premier trimestre, travaille dès la rentrée

La raison est simple : pour s’inscrire dans une école, une classe préparatoire ou à l’université, les admissions post-bac se font avec :

  • le dernier bulletin de Première (3e trimestre)
  • les deux premiers bulletins de Terminale (1er et 2e trimestre uniquement)

C’est logique, les candidatures se font avant la fin de l’année donc avant le conseil de classe du troisième trimestre.

Pour certaines écoles et classes préparatoires, il y a même des pré-inscriptions à partir du mois de janvier ! Tu l’as compris, ton premier bulletin sera donc décisif pour ton orientation.

Comment réussir son premier trimestre ?

Dès la rentrée, l’essentiel va être d’avoir un rythme soutenu pour assurer ton bulletin du premier trimestre. C’est la formule magique pour réussir.

Début octobre il sera déjà trop tard. Tu pourras dire au revoir aux félicitations parce que ton conseil aura lieu mi novembre.

En cours, prends des notes lisibles puis fais des fiches le soir et relis-les régulièrement pour bien t’en imprégner (attention, pas pendant des heures non plus, c’est démotivant et inefficace). Enfin, regarde nos vidéos de rappels de cours pour finir de bien mémoriser et c’est dans la poche !

Entraîne-toi régulièrement sur les exercices que te donnent tes profs, mais également sur lesbonsprofs.com et sur ceux qui tombent aux examens. Avec ça, tu auras le bulletin de tes rêves 😉

On compte sur toi pour réussir ton premier trimestre… et toute ton année scolaire !

A très vite 🙂

15 Avr

Comment stimuler la motivation scolaire de votre enfant ?

Le rôle de parent est parfois digne de performances d’équilibristes. Guider sans froisser, accompagner sans blesser, maintenir le lien et les exigences : chaque père ou mère a tôt ou tard l’impression de marcher sur des oeufs en voulant aider son enfant.

Sujet hautement sensible à l’adolescence, l’investissement scolaire cristallise bien des tensions dans les familles.

Qu’en est-il de votre rôle ? De vos paroles et actes ? Ont-elles un impact sur le devenir scolaire de votre enfant ?

Oui à l’évidence et ce n’est pas une surprise, vous avez une influence très nette sur la motivation et les performances scolaires de votre enfant.

Nous aimerions partager avec vous quelques réflexions ou conseils pour vous aider à remplir au mieux ce rôle complexe.

© Getty Images

© Getty Images

L’ambition n’est pas un gros mot

Pour commencer, attendez beaucoup de lui. En montrant que vous pensez qu’il peut bien faire, vous renforcez chez votre enfant une estime de lui essentielle à sa réussite.

Si vous voyez qu’il réussit bien à l’école, n’hésitez pas à lui parler d’études supérieures, de grandes écoles. Il a le droit de rêver à une voie d’excellence, même si ce n’est pas inscrit dans la tradition familiale.

Soyez exigeants et confiants

Attendre beaucoup de son enfant nécessite de le lui rappeler à intervalles réguliers en gardant toujours un ton bienveillant et confiant. Offrez-lui la possibilité de s’épanouir, sans avoir peur.

Votre enfant vit dans un monde incertain et il connaît bien les difficultés que pourraient lui réserver le monde des adultes. Lui rappeler n’est donc pas fondamental ; accentuez plutôt vos remarques sur le plaisir qu’il aura à exercer un métier qui lui plaira et qui lui permettra de vivre correctement.

Préoccupez-vous de son travail, pas uniquement de son bulletin.

Essayez de partager au maximum avec lui ce qu’il vit en classe. Vous n’y comprenez rien ? Peu importe, demandez-lui ce qu’il apprend, ce qu’il comprend ou ne comprend pas. Soyez curieux de ce qu’il fait, ce sera plus efficace pour maintenir sa motivation que de commenter les notes du bulletin une fois par trimestre.

Il décroche ? Faites le aider !

Les périodes de démotivations ou de doutes sont naturelles chez les adolescents. Si cela arrive, faites-lui savoir que vous avez remarqué son état mais ne le harcelez pas en attendant une réaction qui tarde à venir.

Soyez malins : parlez d’avenir, amenez-le à réfléchir à son projet de vie avec l’aide des conseillers d’orientation par exemple. Evitez dans la mesure du possible les reproches frontaux qui ne mènent nulle part. Vous remarquerez par exemple que de menacer les enfants de rater leurs études ne les rendra pas pour autant polytechnicien…

Si vous remarquez une baisse de notes, les offres de soutien scolaires sont multiples et désormais très variées : Voisins, étudiants, professeurs particuliers ou soutien scolaire en ligne comme sur le site des Bons Profs. N’hésitez pas, ce n’est pas pour toute la vie et chaque élève y trouve son compte désormais.

Sortez !

Les projets et l’envie naissent avec la diversité. Plus vous stimulerez votre enfant sur le monde, plus il aura de facilités à comprendre l’école et ses objectifs. Sortez ! En famille ou à deux. Et n’oubliez pas : vous restez un modèle à ses yeux et même s’il s’identifie à d’autres que vous, il se nourrit aussi de vos envies, de vos projets, de votre regard sur le monde.

Nous serions ravis de nourrir ces réflexions avec vous. N’hésitez pas à nous contacter si vous voulez poursuivre le débat.

Bertrand