09 Fév

Comment bien choisir son orientation quand on est un ado ?

“Que veux-tu faire plus tard ?” est la question d’orientation qui hante bon nombre d’élèves dès la Troisième. Si la réponse leur paraissait évidente en primaire: “maîtresse, infirmière, pompier, pilote d’avion…”, à 15 ans elle se résume souvent à un “ben, j’sais pas… ?” Et on le comprend: comment se représenter précisément son avenir quand sa seule expérience professionnelle se résume à un stage d’observation d’une semaine et que la courbe du chômage ne cesse d’augmenter ? 

Orientation ado mur

Et pourtant, il va devoir faire un choix dès la fin du collège: filière générale ou filière professionnelle (BEP, CAP, bac pro). A nouveau en fin de seconde: voie générale (S, ES ou L) ou voie technologique (STI, STT, STPA…) et enfin après la terminale.

Dans ces conditions, comment accompagner son enfant quand il n’a aucune idée du métier qu’il pourrait exercer ? Comment l’aider à surmonter ses angoisses de s’engager dans une voie sans garantie de réels débouchés ?

Le dialogue avant tout

La première chose à faire est de dialoguer avec son ado pour l’aider à réfléchir, pour l’inciter à se poser les bonnes questions, le plus tôt possible pour qu’il se donne le temps de mûrir son projet. Ça ne va pas être facile pour lui de se projeter dans un métier ou dans un secteur d’activités alors plus tôt vous l’accompagnerez, moins il se sentira démuni.

Comment se poser les bonnes questions ?

  • Pour commencer, proposez-lui de dresser la liste de ce qu’il aime faire et de ce qu’il déteste.
  • Regardez ensemble quelles sont les matières qu’il préfère et pourquoi.
  • A-t-il les capacités et l’envie de se lancer dans des études longues ou va-t-il choisir des formations courtes et pratiques ?
  • Quelles sont les réalités du marché du travail aujourd’hui et quels seront les secteurs porteurs demain ?

Il est important de ne pas se limiter à son bulletin scolaire; on peut être un élève moyen une année et bien meilleur l’année suivante. Listez avec lui ses dons, ses centres d’intérêt, ce qu’il fait avec plaisir, spontanément, ce qui le motive au quotidien. Va-t-il facilement vers les autres, est-il populaire, parle-t-il avec aisance ou est-il au contraire discret voire timide, est-il créatif, manuel…? Ces réflexions peuvent déjà vous donner des pistes vers lesquelles orienter ses recherches.

Il est important de savoir l’écouter en toute objectivité

En tant que parent on pense savoir ce qui est bon pour son enfant. On veut le meilleur, quitte à lui fixer des objectifs ambitieux et projeter inconsciemment sur lui ce que l’on a pas réussi soi-même. Ce que l’on imagine pour son enfant n’est pas toujours ce qu’il veut lui-même ! Ne perdez pas de vue que c’est de sa vie professionnelle future dont il est question et non de la vôtre.

Construire ensemble un projet professionnel plutôt qu’un métier très précis

Peu d’ados sont capables à 16 ans de dire quel est à leur yeux “le métier idéal”. Ils peuvent être séduits par une profession sans véritablement en connaître les contours ni le parcours pour y arriver, faute d’information suffisante.

Pour les aider à bâtir leur projet, le mieux est d’échanger avec des professionnels du secteur ou des étudiants engagés dans les filières qui les intéressent.

Comment ? En les rencontrant lors des différents salons dédiés à l’orientation organisés à différentes périodes de l’année (salon de l’Etudiant, Studyrama…).

Il peut aussi se rapprocher du conseiller d’orientation de son collège ou lycée.

Le rassurer car aucun choix n’est jamais définitif

En cas “d’erreur d’aiguillage” les réorientations sont toujours possibles même si elles sont parfois compliquées. Il existe des passerelles qui lui permettront, s’il est vraiment motivé, de changer de filière ou de formation.

Le plus important pour lui est de trouver sa place!

13 Jan

Comment rédiger un bon CV quand on a très peu d’expérience ?

Tu postules pour un stage ou une formation et tu n’as encore jamais rédigé de CV? Tu te demandes ce que tu vas bien pouvoir y mettre pour remplir tout un A4 alors que tu n’as presque pas d’expérience ?
Pas la peine de t’arracher les cheveux, on te donne tous les conseils pour taper dans l’oeil des recruteurs et faire en sorte que ton CV reste sur le dessus de la pile.

Comment rédiger un bon CV quand on a pas d'expérience

 

Dis toi que ce CV est ta première carte de visite. En quelques secondes seulement, le recruteur doit se faire une idée de ton potentiel.
Deux conseils de bon sens avant de rentrer dans le vif du sujet:
Ne néglige ni le fond ni la forme
Sois honnête et n’invente rien.

Comment hiérarchiser tes compétences ?

En en tête du CV, affiche clairement les informations incontournables :
Nom et le prénom
Coordonnées : adresse, téléphone, email (évite les pseudos ridicules!)
Date de naissance ou âge
Ton projet en vue: recherche un stage de…, une formation en…, un poste en…

1- Le parcours scolaire

Commence par le diplôme le plus récent.
Si possible, précise les options que tu as choisies, ta mention et ta note finale.
Valorise ton stage de 3ème ou tes mini stages si tu en as réalisés:
indique la période, la durée, l’entreprise, le secteur d’activité et les bénéfices que tu en as retirés: créativité, contact humain, autonomie…

2- Les compétences personnelles

Il s’agit dans cette rubrique de valoriser ce qui t’anime et qui peut être interprété par le recruteur comme une qualité bénéfique pour l’entreprise.

Sport: n’en parle que si tu le pratiques de manière régulière
– les recruteurs aiment les candidats actifs, qui “se bougent” !
– si tu pratiques un sport collectif, précise-le, cela traduit ta capacité à travailler en équipe.

Loisirs / Passions: évite le trop classique et trop plat “lecture, cinéma, musique”.
Si tu es un lecteur aguerri ou un grand fan de cinéma: précise le genre, les auteurs / acteurs / réalisateurs que tu adores; ils sont autant d’informations qui reflètent ta personnalité.

Engagements bénévoles: c’est toujours intéressant de les mettre en avant car ils traduisent ta capacité à t’investir et à t’ouvrir aux autres.

N’oublie pas non plus les petits boulots (baby sitting, dog sitting…), stages d’été, les formations de type BAFA, qui reflètent également ton dynamisme et un sens certain des responsabilités.

3- Les langues

Liste les langues étudiées en précisant le niveau (scolaire, courant ou bilingue) et les voyages linguistiques si tu en as faits.

4- L’informatique

Recense les logiciels que tu sais utiliser. Si tu as quelques notions de codage, précise-le; de même si tu animes un blog, une chaîne Youtube…

5- Avenir professionnel

Si tu as déjà un projet professionnel en tête, un parcours d’études en rapport avec ta candidature, détaille-le en trois ou quatre points, cela renforcera ta motivation.

Pour la mise en forme: sois créatif mais pas trop !

Opte pour une présentation soignée et sobre: la page doit être aérée. Si tu veux utiliser de la couleur, limite-toi à deux.

La photo n’est pas obligatoire mais si tu décides d’en mettre une, ce sera une photo d’identité et rien d’autre (pas de selfies ou de portrait recadré pris lors de tes dernières vacances).

Pars en guerre contre les fautes d’orthographe: elles laisseraient une très mauvaise image de toi. Te viendrait-il à l’esprit de te présenter à un entretien avec un vêtement tâché? Alors utilise le correcteur d’orthographe de ton ordinateur et fais relire ton CV à ton entourage (parents, professeurs…).

Enregistre le document en format PDF pour éviter tout problème de compatibilité entre types d’ordinateurs et de navigateurs.

Voilà, maintenant il ne te reste plus qu’à le rédiger…
Sois juste, sois honnête, sois toi !